Les réseaux de télécommunication en fibre optique sont utilisés depuis de nombreuses années pour transmettre d’importants volumes de données sur de longues distances. Le fonctionnement du réseau en fibre optique nécessite des fils en verre souples qui sont assemblés et protégés par un boîtier isolé. Ces installations sont nettement plus efficaces que les anciens fils téléphoniques utilisés. Les fibres optiques génèrent un débit internet plus puissant. Elles ont aussi l’avantage d’être plus fiables et moins coûteuses à entretenir. Ces installations ne sont pas à l’abri de pannes et de dysfonctionnements. Elles nécessitent aussi un entretien régulier pour assurer la continuité des services. Qui assure cet entretien et à qui appartiennent les réseaux de télécommunication en fibre optique ?

L’usage d’un réflectomètre optique

Un réflectomètre optique est un dispositif utilisé pour dépanner, caractériser ou entretenir les réseaux de fibre optique. Le réflectomètre optique émet des impulsions lumineuses à partir d’un laser et analyse la lumière réfléchie à travers une fibre optique. Le réflectomètre fonctionne comme un radar optique en se servant des informations provenant de la lumière renvoyée. Il fournit à l’utilisateur des informations détaillées sur le réseau de communication de la fibre optique : état général des épissures, localisation, défauts, connexions, etc.

Le réflectomètre a pour avantage de faciliter le diagnostic de l’ensemble de la fibre optique. Un diagnostic est nécessaire, surtout lorsque la liaison est dotée de nombreuses connexions et épissures qui peuvent être défectueuses. Le réflectomètre optique peut aussi mesurer la distance entre chaque élément du lien de la fibre optique. Cette valeur est importante et nécessaire pour réparer, dépanner ou entretenir la liaison optique. Un seul test de réflectométrie est suffisant pour localiser et mesurer plusieurs événements sur le réseau. C’est un instrument qui permet de gagner du temps lors des interventions.

A voir également  Quelles signalétiques peuvent booster vos affaires ?

Il permet notamment d’apprécier en amont la fibre optique avant qu’elle ne soit mise en service. En tant que technicien, il est important de posséder un réflectomètre optique pour toute sorte d’intervention sur un réseau en fibre optique. C’est un instrument indispensable pour diagnostiquer la fibre optique et pour évaluer les travaux réalisés. Que ce soit au début ou durant les interventions, il permet de détecter les éventuelles anomalies et de mesurer les résultats des travaux réalisés.

Vu le grand nombre d’applications de test de réflectométrie, il est nécessaire de faire un paramétrage qui est adapté au travail à exécuter. Cela permet d’avoir des mesures bien précises et exactes. Dans certains cas, la seule fonctionnalité de tests automatiques est largement suffisante. Dans d’autres cas, une configuration manuelle des paramètres peut être indispensable. Les différents paramétrages peuvent être enregistrés dans la mémoire de l’appareil et être réutilisés pour d’autres travaux similaires.

réflectomètre optique, fibre optique

Qui est habilité à intervenir sur les réseaux de fibre optique ?

Il n’est pas rare que des pannes et des dysfonctionnements soient observés sur le réseau de communication de la fibre optique. Dans les règles définies par l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse), c’est l’opérateur d’immeuble qui est le principal responsable de l’entretien et de la maintenance du réseau de fibre optique. Cette responsabilité s’étend de l’intérieur de l’immeuble jusqu’aux prises dans les logements. Pour ce qui est de l’entretien et de la maintenance du réseau de fibre optique sur le domaine public, la responsabilité incombe à l’opérateur d’infrastructure.

A voir également  Qu'est-ce qu'un audit ? : toutes les réponses !

Sa responsabilité va du nœud de raccordement optique au point de branchement optique. En cas de panne ou de dysfonctionnement qui affecte les équipements ou le réseau de fibre optique, seuls l’opérateur d’immeuble ou celui d’infrastructure peuvent intervenir. Le fournisseur d’accès à internet ne peut pas intervenir sur ce réseau, car il n’en est pas le propriétaire. En tant qu’opérateur commercial, son devoir est de contacter l’opérateur d’immeuble ou d’infrastructure pour intervenir. Cependant, même si le fournisseur d’accès ne peut pas faire des travaux sur le réseau, il a une obligation de résultat auprès de ses abonnés. Il doit s’assurer que ces derniers bénéficient d’un service continu et permanent.

Toutefois, il faut noter qu’un opérateur de réseau peut être aussi fournisseur d’accès à internet. Dans ce cas, il peut intervenir sur la fibre optique en sa qualité d’opérateur de réseau. Pour ce qui est du déploiement du réseau de la fibre optique, c’est le fournisseur d’accès qui est chargé des installations. Ce déploiement commence par le nœud de raccordement optique qui abrite les équipements des fournisseurs d’accès à internet. Le nœud assure la liaison entre le réseau national et le réseau local de distribution des opérateurs. Les techniciens se servent ensuite des équipements existants pour déployer la fibre de la rue vers les logements.

réseaux fibre optique, réflectomètre optique

À qui appartiennent les réseaux de fibre optique ?

La fibre optique est mise en place par l’opérateur d’immeuble et mise à disposition d’autres opérateurs Fiber to the Home (FTTH). Selon la convention signée entre les différents opérateurs et syndicats d’immeuble, la fibre est octroyée aux opérateurs qui l’ont installée. Ce contrat couvre une durée de 25 ans renouvelable une fois. À l’issue de la durée initiale, le réseau demeure la propriété de l’opérateur qui assure la continuité du service. Il assure l’entretien et la maintenance ainsi que l’accès par les opérateurs tiers.

A voir également  Découvrir la plus grande consommation d'énergie dans les centres de données

Cependant, à l’issue de la convention, les copropriétaires peuvent décider de ne pas reconduire l’opérateur d’immeuble et de choisir un autre opérateur. Même dans ce cas, l’opérateur demeure toujours propriétaire des équipements. Ces installations peuvent être rachetées par le nouvel opérateur d’immeuble si le propriétaire y consent. Dans ce cas, les deux parties déterminent conjointement les conditions de vente.

En revanche, si aucun nouvel opérateur d’immeuble n’est désigné, la copropriété elle-même peut devenir opérateur d’immeuble. Cela peut se faire soit par le rachat du réseau de fibre optique à l’opérateur précédent, soit par le financement de la construction d’un nouveau réseau. Dans ce cas, la copropriété sera soumise aux mêmes obligations et aux mêmes procédures que les autres opérateurs d’immeuble.

Par ailleurs, il faut noter que dans les grandes villes, le réseau de fibre optique est entièrement financé par les opérateurs. Ailleurs, l’installation est totalement financée par les collectivités locales qui les proposent ensuite aux opérateurs. Le client final peut se voir facturer des frais de raccordement. Les opérateurs sont néanmoins responsables de l’entretien et de la maintenance du réseau de fibre optique et des installations.