Chargé de la protection des données personnelles, le DPO est un acteur incontournable dans toute structure publique ou privée. En effet, ce poste a été acté par le RGPD afin de sécuriser davantage les flux d’informations numériques. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le métier de délégué à la protection des données.

L’importance du délégué à la protection des données dans une entreprise

Avec la forte utilisation d’internet, de nombreuses données sont échangées entre les entreprises et leurs consommateurs. Bien entendu, certaines de ces informations sont assez sensibles et méritent d’être protégées. C’est notamment le cas de l’identité personnelle des clients et surtout de leurs informations bancaires. Afin de garantir l’effectivité de cette préservation, le RGPD (règlement général sur la protection des données) a créé le poste de délégué à la protection des données.

Véritable chef d’orchestre en termes de sécurisation des données, ce professionnel supervise l’application des directives du règlement européen. Intermédiaire privilégié de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), le DPO est également concerné par toutes les questions liées aux données personnelles. Certes, la plupart de ces dossiers sont généralement internes à l’organisme. Toutefois, ces questions peuvent aussi toucher une personne affectée par un traitement réalisé par l’entreprise. De ce fait, le délégué est aussi chargé de la gestion des demandes d’exercice des droits.

Bien que toutes les sociétés ne soient pas tenues de collaborer avec un DPO, cela est fortement recommandé. En effet, la CNIL peut vous demander de justifier cette non-présence, ce qui pourrait entraîner quelques désagréments. Par ailleurs, les professionnels d’anaxia-conseil.fr rappellent que la désignation d’un DPO pour l’entreprise peut se faire de deux manières. Vous pouvez décider de recruter un commissaire en interne ou opter pour un prestataire mutualisé. Quelle que soit l’option retenue, notez que cette précaution vous met à l’abri de lourdes sanctions pécuniaires.

A voir également  Centre de formation : digitaliser les processus avec les bons outils

Les compétences nécessaires pour devenir DPO

Selon plusieurs sondages, le métier de Data Protection Officer est l’un des plus recherchés en France. Si vous souhaitez exercer dans ce domaine, notez toutefois que vous devez préalablement disposer de certaines compétences.

Les aptitudes organisationnelles

Comme nous l’avons mentionné, le DPO est chargé de la mise en place des dispositions du RGPD dans la structure. De ce fait, il doit avoir des aptitudes en termes de gestion d’entreprise. Cette compétence lui permet de conduire l’organisation dans la mise en conformité des plans d’action.

Les aptitudes techniques

Garantir la sécurité des données personnelles, c’est être capable d’élaborer une cartographie des flux d’informations ou de faire des diagnostics IT. De même, vous devez pouvoir concevoir des mécanismes de sécurité performants afin d’éviter tout risque d’intrusion. Le DPO doit aussi faire la mise à jour des modes de collecte et créer les registres de traitement. Pour mener à bien ces multiples tâches, vous devez avoir des compétences assez poussées en informatique.

Les aptitudes juridiques

Hormis les compétences précédemment citées, l’aspirant DPO doit avoir des connaissances juridiques. Il doit parfaitement maîtriser le droit des données personnelles et toutes les lois y afférentes. Il doit également être capable de rédiger les contrats liant son entreprise aux différents partenaires. Par ailleurs, le DPO doit pouvoir régler les éventuels contentieux liés à la gestion des données personnelles.

Une journée type d’un délégué à la protection des données

En tant que responsable de la conformité de la réglementation RGPD, le DPO est astreint à plusieurs tâches. Ainsi, il doit quotidiennement veiller à la mise en œuvre effective des dispositions en matière de sécurisation des données. Il est aussi chargé d’élaborer et de mettre à jour la cartographie des flux de données et le registre des traitements. Outre ces fonctions, le DPO doit conseiller régulièrement son entreprise quant à ce qui est relatif aux données personnelles. Il doit être disponible pour recevoir les usagers et répondre à leurs préoccupations si elles concernent son domaine d’expertise. Il doit de surcroît proposer un mécanisme d’analyse d’impact et veiller à sa bonne exécution. De plus, le DPO assure le lien entre son organisation et l’autorité de contrôle locale.

A voir également  Bachelor en marketing : une plus-value sur le marché du travail

Quelles formations devez-vous suivre ?

En réalité, il n’y a pas de formation spécifique pour devenir délégué à la protection des données. En effet, ni la CNIL ni le RGPD ne donnent d’informations par rapport à ce sujet. Par contre, il est clairement notifié que tout aspirant à ce métier doit avoir certaines compétences spécifiques. Pour rappel, il s’agit notamment d’aptitudes en droit de la protection des données et en ingénierie informatique. Sur cette base, vous devrez suivre une formation juridique et/ou informatique avant de prétendre au métier de DPO. Accessibles dans plusieurs centres spécialisés, ces apprentissages peuvent se faire en ligne ou en présentiel. De plus, assurez-vous que les formations proposées pour devenir DPO disposent bien d’un agrément de la CNIL.