Archives pour l'étiquette sponsoring

NGor Marlin Cup

La N’Gor Marlin Cup a démarré dimanche avec une tres belle météo, 17 bateaux inscrits et de nombreux excusés pour cause de ….crise inter… nationale

Les eaux extremement chaudes pour la saison, pres de 30° (dereglement climatique ?)  nous ont fait une frayeur et nous n’etions , en donnant le depart , pas sur de voir nos partenaires de jeux , marlins et albacores .

Le premier jour les bateaux se sont separés en 3 groupes , nord, nord ouest et sud ouest (ou on etés vus quelques marlins la veille) tres vite sur l’option nord nord ouest etaient annoncées des touches de thons albacores (yellows fins) puis l’equipe maltaise embarque apres 30′ de peche un thon de 65 kg , Marc Iung sur le Pili Pili fait lui deux thons de 42kg coup sur coup au broumé, doublé de marlins pour les maltais…decrochés

la compet est lancée, toute la journée se succederons les annonces de marlins decrochés, 3 casses, 2 decrochés en combat, sur 14 touches de bleus, 1 seul pris et relaché bien maigre ratio ! le  » Désiré  » relacheras en fin de journée 1 bleu et 1 marlin blanc pour prendre la tete du classement .

Les autres bateaux restant concentrés sur les thons albacores  ,17 touches, 2 casses (hamecon et moulinet) pour seulement 6 poissons montés entre 35 et 65 kg

Le poisson etait en tout cas localisé et si tout le monde as vu ces gros albacores sauter , nord et sud, seul les bateaux sur les 1000m dans le nord ouest on vus des marlins bleus , du coup , au depart de la 2eme journée tous les bateaux sans exception fileront vers cette zone au large et arriveront, a leur grand dam, dans une … poche d’eau sale, dispersion immediate et panique a bord , trop tard, surtout trop loins pour changer d’option, 2 bateaux ayant eu des touches en mettant en peche plus a la cote, certains prennent l’option de redescendre en terre, « Petit Boy » embarquera un albacore, puis relache un bleu de 150kg environ, le bateaux arrivent petit a petit en fin d’aprés midi et voient quelques bleus descendre la vague sur le tombant des  200metres, 3 ou 4 poissons decrochés en combat sur un dizaine de touches (dont la derniere sur un bateau a quelques miles du mouillage) pour un joli pied de nez des « bleus » qui nous rappellent que ce sont bien les pecheurs de marlins qui aiment le grand large !!! les poissons eux affectionnent les petits tombants bien garnis…. l’année passée , le gagnant n’avait peché que sur les 100/200metres …

heureusement la soirée « gambas a gogo « , sur la plage, patronnée par Carole  as permis de verifier que la crevette ……..est bien le meilleur appat !

Aujourdhui jour de relache (quoique les furieux se sont donnés rendez vous ce matin pour un concours en interne sur une journée , desormais un grand classique, avec une cagnotte a la clé 70% au plus gros marlin et 30% + gros thon)
et demain la guerre est annoncée

Classement provisoire : 1er Petit Boy famille Rak, des locaux, david et Olivier Pellat , 2eme désiré de Salvatore Ficara qui viens de Corée du sud  et Olivier, 3eme le Théo de Dominique Dumas avec les Lopez, encore des Dakarois , 4eme le Pili Pili avec Marc Iung du Congo, 5eme le Assane avec le maltais Christian Busutil, 6eme bernard Gaudin le Caro , france, 7eme Macarena  avec gerome Lacouture , France.

Les photos du premier jour : (Photographe : Julien Gérard).

Les 4 jours sont sur notre compte Flickr : http://www.flickr.com/photos/be-ez/sets

Ultra-Trail des Templiers : Interview de Romuald

Romuald Cardon, team be.ez, après l’Endurance Trail des Templiers, Millau, 25 octobre 2013.

Romuald-trail-201310-2Profil : Marié, 2 enfants Zoé et Eliott, 43 ans, agent de vignerons (26 domaines)

– Félicitations, tu es à l’arrivée du trail en moins de 20 heures de course ! Comment es-tu venu au trail ? Depuis combien de temps ?

Suite à un problème de dos qui s’est répété, il a fallu que je fasse des abdos tous les matins. Au bout d’un an, je m’ennuyais à ne faire que cela et je me suis mis à courir dans Paris.

J’ai commencé à courir une fois par semaine, je tournais en rond… Puis j’ai commencé un programme d’entraînement pour faire un 10km puis un semi (21km) puis un marathon complet (42,195km) et « même pas mal ». Je sentais que je n’étais pas au bout de mes limites et je voulais aller plus loin. Deux solutions : ou travailler les chronos ou bien trouver un autre style de course.

C’est à ce moment-là que je me suis tourné vers le trail, avec ses problèmes d’autosuffisance alimentaire, de gestion de course, les difficultés du climat et du terrain, c’est exactement ce qu’il me fallait.

Depuis, je fais un programme annuel : en 2012 mon objectif était de terminer l’année par un trail de 72km, en 2013 ce trail des Templiers était mon objectif.

– Est-ce que tu avais déjà fait un trail aussi difficile ? (100 Km, 4900D+, tout ceci en moins de 20heures)

Le maximum que j’avais fait était le 50 miles du Vulcain (80km) dans 30 cm de neige !

– Pour arriver à ce résultat, tu t’es beaucoup entraîné ?

J’ai couru 1355 km de janvier à octobre, plus 274 km de vélo depuis août.

– Tu n’as dormi que 3 heures avant le départ, c’était voulu ?

Il ne faut surtout pas changer le rythme du corps donc je me suis couché à 20H30 et réveillé à 1H00 pour m’alimenter et que tout soit digéré avant le début de la course.

– Le départ, en pleine nuit à 4 heures du matin, c’était comment ?

Le départ s’est fait dans de très bonnes conditions climatiques et j’étais bien réveillé. Au bout de 7 ou 8 km, de voir derrière soi toutes les lumières de la ville et les lampes frontales, tu prends alors vraiment conscience du départ…

– Ensuite quels ont été les moments importants pour toi ?

Romuald-trail-201310-1

L’arrivée au premier ravitaillement après 17,8 km avec 40′ d’avance

sur la barrière horaire, c’est rassurant, c’est une bonne motivation, je me sens bien.

Mais un peu plus loin, à partir du km 30, un gros coup de fatigue : j’étais complètement vidé et je n’avais même pas atteint la moitié de la distance ! J’ai lutté pendant une bonne quinzaine de kilomètres avant de récupérer mon énergie, c’est un grand soulagement quand tu sens que ça repart.

Au kilomètre 51,7, j’ai croisé Alexandre et Julien qui m’assistaient sur la course, ça m’a fait plaisir, puis les revoir au km 91 et enfin à l’arrivée. De bons moments.

Et aussi entre les kilomètres 50 et 70, se retrouver à 900 m d’altitude pour découvrir le paysage du plateau, c’est très fort.

– Des soucis techniques ?

Oui, plus de montre au 70e km donc plus de notion du temps ni du kilométrage ! Ça complique fortement la gestion de la course. Nous étions tous dans cette situation cela dit. (La batterie de la montre GPS tient normalement 20 heures environ, mais le terrain accidenté de Millau a dû la solliciter plus que prévu).

Ensuite, la frontale m’a lâché en fin de course, et puis plus de téléphone au 80e  km.

– Physiquement ?

Un caillou a tapé mon gros doigt de pied et ÇA FAIT TRÈS MAL !

– As-tu eu un moment où tu as pensé ne pas finir ? Est-ce que la tombée de la nuit c’est plus difficile ?

Non, à aucun moment je n’ai pensé m’arrêter, et c’est la première fois !

La nuit, c’est plus compliqué d’autant plus qu’il y avait des descentes très techniques et que ma frontale est tombée en panne de batteries prématurément. Heureusement, il n’y avait pas de boue.

– L’objectif était d’être « finisher », pari tenu ! Bravo ! Et pour 2014, tu continues ?

Et oui ! En 2014, j’ai deux objectifs possibles : l’Ultra Trail du Mont Blanc (160 km, 10000 D+ en moins de 39H) ou le Tracé du Duc de Savoie (119 km 7250 D+ en moins de 33H) si le tirage au sort est bon pour moi . J’ai les points et ça fait peur…

Pour atteindre l’un ou l’autre de ces objectifs, ma préparation devra être beaucoup plus précise sur 2014 : pour être prêt, il faut je sois sûr du temps consacré à la préparation.

Excellente nouvelle ! Avec be.ez nous continuerons de te soutenir tout au long de 2014, et ton action en faveur de NOURISH THE CHILDREN, un programme d’aide alimentaire reconnu qui tente de faire reculer la malnutrition des enfants dans les pays pauvres. (http://www.nuskin.com/content/nuskin/en_US/culture/nourish_the_children.html)